Le Réveil Lozère 11 mars 2020 a 13h00 | Par Marion Ghibaudo

Un prix d'excellence pour la prairie de Bernard Prunières

Bernard Prunières a reçu, lors du SIA 2020, un premier prix d'excellence agroécologique lors du concours général agricole des pratiques agro-écologiques des prairies et parcours, dans la catégorie Prairies de fauche de montagne et haute montagne, pour une prairie humide de fauche.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Anne Colin - Copage

« Cette parcelle a toujours été le grenier de l'exploitation », explique Bernard Prunières. Il est installé hors-cadre familial depuis 2006 sur l'exploitation de Brunels, près de Nasbinals. En 2015, il convertit ses 56 hectares de terrains et son troupeau d'une trentaine de mères Aubrac en bio. « Sur le plateau, passer en bio ne demande pas tant d'efforts que ça car nos pratiques sont déjà modérées et raisonnables », décrit l'agriculteur.

Les prairies de l'Aubrac reconnues avec constance
« Je n'ai rien changé au travail de la parcelle, j'ai juste hérité quelque chose que la nature a construit », explique Bernard Prunières. « Elle se trouve dans les bas-fonds, traversée par la rivière », décrit-il, « et l'eau s'y stocke, de par sa position géographique ». Un emplacement particulier qui lui offre aussi un bon rendement sur 3,5 hectares à la riche diversité florisitque, selon l'éleveur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.