Le Réveil Lozère 19 décembre 2018 a 11h00 | Par Chambre d’agriculture de Lozère

Un projet pour s’adapter au changement climatique

Pourquoi ne pas adaptater son système d’élevage au changement climatique ?

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Chambre d’agriculture 48

Depuis quelques années les conditions climatiques sont de plus en plus capricieuses. Entre sècheresses estivales et automnales, excès d’eau, gel tardif au printemps, etc. L’autonomie fourragère des exploitations agricoles lozériennes est largement impactée. L’adaptation de son exploitation agricole est donc primordiale pour éviter de continuer à subir le changement climatique.
Mais comment ? Tout simplement en s’inscrivant aux journées organisées par la chambre d’agriculture de Lozère dans le cadre du projet AP3C (adaptation des pratiques culturales au changement climatiques à l’échelle du Massif central). L’objectif est de tester la résilience de systèmes « types » aux aléas climatiques via le Rami Fourrager.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1489, du 20 décembre, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.