Le Réveil Lozère 30 avril 2019 a 09h00 | Par Nancy Sagnet

Un rêve devenu réalité

Depuis le début de l’année, Maxime Lacan, éducateur et fondateur de la microentreprise la fouace d’Oltbrac s’est lancé dans une activité secondaire pour fabriquer et commercialiser sa fouace artisanale.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Maxime Lacan

Originaire de Saint-Géniès-d’Olt en Aveyron, Maxime Lacan est éducateur de nuit au foyer d’accueil médicalisé Abbé-Bassier de Grandrieu depuis 16 ans. « Âgé de tout juste 40 ans, j’ai envie de nouveaux challenges et de me sociabiliser d’avantage, commente Maxime Lacan. Depuis tout petit, ma mère me confectionnait une bonne fouace que je savourais tous les matins. Ma grand-mère a transmis cette recette à ma mère et elle-même me l’a transmise ». Depuis longtemps, Maxime Lacan confectionnait ses fouaces pour ses amis et son entourage familial qui la trouvaient succulente. « Ils m’ont vivement encouragé à faire partager ce savoir-faire artisanal à d’autres personnes. D’ailleurs, il y a quelques années, nous avons même plaisanté sur le fait que l’on pourrait la commercialiser », continue-t-il. Une plaisanterie qui est devenue réalité. En début d’année 2019, ce quarantenaire a créé une microentreprise qui se nomme « la fouace d’Oltbrac ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.