Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 a 11h00 | Par JCD

Un risque de perte de confiance du consommateur

L’Agence bio a appelé le 22 janvier à « être vigilant » par rapport au risque de perte de confiance à l’égard des produits biologiques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © JC Gutner

Un « bas bruit » existe chez le consommateur pour qui « si le marché du bio se développe, c’est forcément moins bien », a déclaré le directeur Florent Guhl, aux deuxièmes rencontres des grandes cultures bio : « Le modèle est-il crédible si même les grandes cultures s’y mettent ? », entend-on d’après lui. Raison pour laquelle l’Agence bio conseille de « jouer encore plus la transparence ». Son objectif pour le 20e anniversaire du Printemps bio en 2019 est d’inciter davantage les transformateurs, voire les importateurs, à « montrer la réalité des filières », a-t-il indiqué. Florent Guhl invite les professionnels à communiquer dans les médias, sur les réseaux sociaux : « Intervenez, même dans les reportages à charge ». L’agriculteur Emmanuel Leveugle, responsable professionnel à Terres Univia et ambassadeur #agridemain, s’est montré partant. Des consommateurs se posent la question : « Les contrôles dans le bio sont-ils toujours aussi rigoureux ? », d’après lui. « La réponse est oui, il faut le montrer ! »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.