Le Réveil Lozère 03 juillet 2019 a 11h00 | Par Sophie Chatenet

Un robot désherbant né en Auvergne

Sigma’bot est un robot ingénieux imaginé pour désherber les champs de maïs. Mis au point par Cédric Douhay, étudiant ingénieur de Sigma Clermont-Ferrand en partenariat avec l’Irstea, ce prototype a été primé lors des dernières Culturales à Poitiers.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © SC

Quelles sont les fonctionnalités de Sigma’bot ?
C’est un robot autonome, fabriqué en partenariat avec l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea). Il est programmé pour slalomer correctement entre les rangs et désherber les mauvaises herbes sans confondre les plantes à protéger. Par ailleurs, nous avons veillé à le rendre très résistant pour qu’il puisse opérer, y compris dans des conditions météo difficiles.


Très concrètement, quelles technologies sont employées pour optimiser le désherbage ?
Le robot est équipé d’un lidar (laser), qui tourne et qui scanne son environnement en fonction d’éléments préprogrammés. Par colorimétrie, des caméras détectent les mauvaises herbes, un bras se déplace alors au-dessus de la plante à environ 50 cm et pulvérise le produit. En ciblant de cette manière les adventices, la réduction de produits phytosanitaires est réelle. Sur la seconde version du robot, c’est un axe que nous avons d’ailleurs approfondi pour répondre à cet enjeu essentiel pour demain.

 

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1517, du 4 juillet 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.