Le Réveil Lozère 25 janvier 2023 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Un signal positif pour la poursuite des négociations

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Très réticente à cette idée depuis le début des négociations sur le protocole nord-irlandais, l'UE a finalement accepté le 9 janvier d'utiliser le système informatique britannique afin d'avoir accès en temps réel aux informations (déclarations de sûreté et de sécurité, par exemple) sur les marchandises qui transitent de la Grande-Bretagne vers l'Irlande du Nord. Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, et le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, ont convenu dans une déclaration commune que cette « condition était un préalable essentiel pour instaurer la confiance » et qu'elle « constituait une nouvelle base pour les discussions entre l'UE et le Royaume-Uni ». Plusieurs questions restent en suspens, en particulier celles relatives aux procédures douanières et aux contrôles sanitaires et phytosanitaires. Les deux parties se sont de nouveau rencontrées virtuellement le 16 janvier pour faire le point sur les progrès réalisés au niveau des discussions techniques et ainsi évaluer les « solutions potentielles ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.