Le Réveil Lozère 08 avril 2020 à 09h00 | Par Nadine Dumazet

Un soufflé de verre pas prêt de retomber

Depuis 1968, Noizay recèle une industrie de niche. La verrerie Dumas, fondée en 1948, fabrique des instruments scientifiques et techniques en verre, utilisés notamment pour les analyses de lait, produits laitiers et vin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nadine Dumazet

La verrerie Dumas de Noizay (Indre-et-Loire) conçoit des instruments en verre en série ou sur plan, pour des domaines aussi variés que l’agroalimentaire, l’œnologie, la cosmétique, la recherche, la pharmacie, le secteur vétérinaire… Elle travaille notamment comme sous-traitante du laboratoire Dujardin-Salleron de renommée mondiale, spécialisé dans les instruments d’analyse et de mesure œnologiques et inventeur de l’ébulliomètre. Historiquement, c’est la branche agroalimentaire – pour les analyses laitières et œnologiques – qui a permis à l’entreprise de développer la compétence si spécifique qu’est le soufflage de verre au chalumeau, sur mesure. Un savoir-faire détenu par une dizaine de structures seulement en France. La fabrication de butyromètres, plus précisément, fait partie de l’ADN de la société, représentant à ce jour 30 % de l’activité agroalimentaire. Et pour cause, la verrerie Dumas est la seule créatrice de ce matériel en France. Elle fournit de gros distributeurs, chez qui s’approvisionnent les acteurs de l’agroalimentaire, tels que Lactalis.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1555, du 9 avril 2020, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui