Le Réveil Lozère 08 décembre 2021 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Un verger école s'implante à l'Espinas

Le 26 novembre, les élus du département se sont rendus au hameau de l'Espinas (commune de Ventalon-en-Cévennes) pour inaugurer le verger école imaginé et réalisé par l'association « Renouveau de la pomme 100 % Cévennes ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le 26 novembre, les élus du département se sont rendus au hameau de l'Espinas (commune de Ventalon-en-Cévennes) pour inaugurer le verger école imaginé et réalisé par l'association « Renouveau de la pomme 100 % Cévennes ».
Le 26 novembre, les élus du département se sont rendus au hameau de l'Espinas (commune de Ventalon-en-Cévennes) pour inaugurer le verger école imaginé et réalisé par l'association « Renouveau de la pomme 100 % Cévennes ». - © Conseil départemental

Ce verger de 130 pommiers est destiné à préserver les variétés anciennes, l'apprentissage et l'expérimentation face au changement climatique. Au sein du verger école, la création d'une pépinière pour fournir aux membres de l'association des porte-greffe a été accompagnée par le Conseil départemental au titre de l'aide aux filières de qualité. « La valorisation des ressources locales, le développement de filières de qualité, des circuits courts et la relocalisation des activités économiques sont des enjeux majeurs pour le territoire », a rappelé la présidente du conseil départemental Sophie Pantel, lors de son discours.

Redécouvrir la pomme en Cévennes
La pomme en Cévennes a longtemps perdu de son aura, selon Jean-François Julian, président de l'association « Renouveau de la pomme 100 % Cévennes ». « C'est grâce, en partie, aux néo-ruraux agriculteurs qui sont venus s'installer en Cévennes après les années 1960 que la pomme a retrouvé de son éclat. Ils ont pensé qu'il y avait moyen de valoriser ces pommes, qui ne répondent pas aux standards de la grande distribution - elles sont petites et moches - via des jus de pomme », explique Jean-François Julian. Cependant, cette production avait toujours été considérée comme une diversification, un atelier de plus à mettre en place pour les agriculteurs qui le souhaitaient.
En 2016, un groupe de producteurs qui transformaient leurs pommes en jus grâce à l'atelier de la Cuma du Ventalon, notamment, ont décidé de se fédérer en association, pour les soutenir, faire mieux connaître leur marque, « et surtout, préserver et pérenniser les variétés anciennes utilisées par les producteurs de jus de pomme du territoire à travers une politique de plantation, entre autres ». Parmi les autres objectifs de l'association, se trouve le dépôt de la marque auprès de l'Inpi, un travail en cours. Enfin, « nous souhaitons aussi, grâce à l'association et désormais à ce verger, inciter de jeunes agriculteurs à s'installer et à s'associer à cette filière jus de pomme ». Une filière qui, selon ses promoteurs, a gagné un vrai intérêt auprès des consommateurs, les producteurs actuels n'arrivant pas à faire face à la demande croissante.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).