Le Réveil Lozère 05 décembre 2021 a 12h00 | Par ED

Un visage plus moderne pour LeLozère

La marque, née dans les Cévennes en 1993, a été reprise depuis avril par Nicolas Mourgues, un entrepreneur d'origine lozérienne en reconversion professionnelle. Outre le couteau historique, de nouveaux prototypes sont attendus courant 2022.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La marque, née dans les Cévennes en 1993, a été reprise depuis avril par Nicolas Mourgues, un entrepreneur d'origine lozérienne en reconversion professionnelle. Outre le couteau historique, de nouveaux prototypes sont attendus courant 2022.
La marque, née dans les Cévennes en 1993, a été reprise depuis avril par Nicolas Mourgues, un entrepreneur d'origine lozérienne en reconversion professionnelle. Outre le couteau historique, de nouveaux prototypes sont attendus courant 2022. - © ED

Des ressources humaines à la coutellerie, il n'y a qu'un pas. C'est, en tout cas, ce que porte à croire le parcours atypique de Nicolas Mourgues. À 43 ans, après avoir fait carrière dans le conseil en entreprise et la formation professionnelle à Clermont-Ferrand, ce Lozérien d'origine a décidé de revenir dans son département natal pour donne une seconde vie au couteau LeLozère.
Il reprend ainsi le flambeau à Joëlle et Yves Neveux, les créateurs de la marque en 1993, qui avaient cessé la production depuis quelques mois. Depuis le 15 avril, ce fleuron de l'artisanat lozérien a quitté la vallée de Chapeauroux, dans ses Cévennes natales, pour Saint-Jean-la-Fouillouse, un petit village de Margeride où Nicolas Mourgues possède une ferme familiale.


Reconversion professionnelle
La passation officielle s'est déroulée le 16 novembre à Polen à Mende. L'entrepreneur est venu présenter son projet aux représentants de la CCI, de la chambre de métiers et de l'artisanat, de Lozère développement et des collectivités locales l'ayant accompagné dans son installation.
À l'occasion d'une réception feutrée, Nicolas Mourgues a retracé l'histoire de cette reconversion atypique. « Pendant le confinement, j'ai pris du recul sur mon projet professionnel, j'étais en pleine hésitation, relate-t-il devant l'assemblée. C'est par hasard, en janvier 2021, lorsque j'ai voulu acheter un couteau LeLozère que j'ai appris que la boutique était à reprendre ». Ni une, ni deux, il décide alors d'entrer en contact avec le couple Neveux et finit par se former auprès d'eux. « À l'issue de la première rencontre, je savais que c'était ce que je voulais faire », se souvient-il.
Pour l'instant, le néocoutelier s'est contenté de reprendre le modèle originel inventé par Yves Neveux, dont la singularité provient de son mécanisme à ressort de lame. En effet, contrairement aux autres couteaux, le mécanisme se situe exclusivement dans la lame, allégeant ainsi le manche en bois. Un choix qui ravit le couple Neveux. « Je suis ravi que ça aille dans ce sens, je n'ai rien à dire sur la qualité de ses couteaux », glisse l'ancien coutelier, malicieux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).