Le Réveil Lozère 22 avril 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Une action qui n'aide pas les éleveurs, juge le président de la section laitière de la FDSEA

Après l'opération de distribution gratuite de lait ce samedi 18 avril par la Coordination rurale sur le marché de Mende, Sébastien Durand, président de la section laitière à la FDSEA Lozère, souhaitait rappeler que la collecte de lait, notamment par Sodiaal, a toujours lieu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Distribution gratuite de lait au marché de Mende, ce samedi 18 avril.
Distribution gratuite de lait au marché de Mende, ce samedi 18 avril. - © Marion Ghibaudo

« Cette opération, c'est de la communication » rage Sébastien Durand. Une opération coup de poing qui a agité les réseaux sociaux tout le week-end et fait enfler le débat autour de la collecte de lait par les grands groupes et autour des cours du marché. « Cette action peut être une bonne initiative mais c'est compliqué de la faire fonctionner dans le temps et ça ne résoudra pas le problème des éleveurs », décrit le président de la section laitière.
« Le lait a une valeur et je suis d'accord qu'il vaut mieux le donner que le jeter, mais on n'en est pas là en Lozère », assène Sébastien Durand qui assure que les collectes de lait continuent pour les éleveurs travaillant avec Sodiaal, entre autres. « Aujourd'hui, tout fonctionne normalement au niveau de la collecte », assure-t-il même s'il reconnaît volontiers que l'avenir est flou et que tout ne fonctionnera peut-être pas aussi bien jusqu'à la fin de la crise. « Nous, on vend notre lait à notre laiterie, il faut qu'on trouve les moyens pour que notre laiterie puisse continuer à fonctionner », juge Sébastien Durand.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.