Le Réveil Lozère 26 janvier 2022 a 13h00 | Par Marion Ghibaudo

Une actualité sanitaire marquée par la BVD et la Besnoitiose

Vendredi 21 janvier, à Mende, s’est tenu l’assemblée générale du GDS. L’occasion pour le groupement de défense sanitaire d’évoquer les nombreux dossiers qui attendent les agriculteurs en 2022.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 21 janvier, à Mende, s’est tenu l’assemblée générale du GDS. L’occasion pour le groupement de défense sanitaire d’évoquer les nombreux dossiers qui attendent les agriculteurs en 2022.
Vendredi 21 janvier, à Mende, s’est tenu l’assemblée générale du GDS. L’occasion pour le groupement de défense sanitaire d’évoquer les nombreux dossiers qui attendent les agriculteurs en 2022. - © Marion Ghibaudo

BVD, IBR, Besnoitiose… Mais aussi au niveau réglementaire : l’actualité du GDS en 2021 a été diversifiée et ces dossiers devraient à nouveau se trouver sur le devant de l’actualité en 2022. « Malgré une année 2020 compliquée pour tous, nous ne nous départissons pas des tâches qui incombent aux GDS : maintenir des garanties sanitaires solides tout en veillant à la défense des intérêts des éleveurs », a affirmé Emmanuel Roux, président du GDS. Pour continuer à défendre au mieux les intérêts sanitaires des éleveurs lozériens, et parce que les caisses du groupement accusent un déficit, il a été décidé d’augmenter les cotisations de base de 5 % et les cotisations volontaires de 3 %. Pour les cotisations de base obligatoire en bovins, le coût passe de 1,59 € à 1,67 € ; pour les ovins, le coût passe de 0,32 € à 0,33 € et en caprins, le coût passe de 0,33 € à 0,34 €.

La BVD : le plan continue
« L’actualité sanitaire du GDS en 2020, c’est l’entrée en vigueur du dépistage systématique de la BVD sur les veaux naissants », a pointé Emmanuel Roux, président du GDS, lors de la lecture de son rapport moral. Un dépistage systématique qui, selon ce dernier, porte ses fruits grâce à la « mobilisation des éleveurs lozériens », les classant parmi les meilleurs au niveau national, selon le président du GDS.
Le plan établi par le GDS pour amener l’ensemble du cheptel lozérien à l’assainissement sur cette maladie, sur cinq années, devrait donc rester la norme si les efforts se maintiennent, a averti Emmanuel Roux. « Les éleveurs lozériens ont adhéré au plan, avec près de 90 % de participation sur la seule année 2020, taux qui n’a depuis, cessé d’augmenter », a par ailleurs relevé Nicolas Meyrial-Lagrange, le secrétaire général du GDS. « Avec le recul et désormais 18 mois d’utilisation des boucles TST, nous pouvons confirmer que l’éradication de la BVD est en bonne voie en Lozère », a-t-il ajouté.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.