Le Réveil Lozère 31 mars 2021 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

Une armée d’agriculteurs soudée à Clermont-Ferrand et à Lyon

500 tracteurs et près de 5 000 agriculteurs rassemblés place de Jaude à Clermont-Ferrand, jeudi 25 mars. Défi relevé pour le réseau FRSEA-JA d’Aura et du grand Massif central, qui a mobilisé en masse pour obtenir des prix rémunérateurs et une PAC équilibrée. Une première sommation qui en appellera d’autres « si les pouvoirs publics ne changent pas de braquet ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
500 tracteurs et près de 5 000 agriculteurs rassemblés place de Jaude à Clermont-Ferrand, jeudi 25 mars. Défi relevé pour le réseau FRSEA-JA d’Aura et du grand Massif central, qui a mobilisé en masse pour obtenir des prix rémunérateurs et une PAC équilibrée. Une première sommation qui en appellera d’autres « si les pouvoirs publics ne changent pas de braquet ». (© SC) Jean-François Maurin, président de la FDSEA de Lozère  : « Malgré de beaux discours et de belles promesses, le ministre de l’Agriculture a décidé de laisser tomber l’élevage. Pris entre © FDSEA 48 – Pierre André 500 tracteurs et près de 5 000 agriculteurs rassemblés place de Jaude à Clermont-Ferrand, jeudi 25 mars. Défi relevé pour le réseau FRSEA-JA d’Aura et du grand Massif central, qui a mobilisé en ma © La Creuse agricole et rurale

Au pays des volcans, la terre a tremblé jeudi. Accompagnés des vrombissements des tracteurs, des milliers d’agriculteurs venus de l’Allier, du Cantal, de l’Aveyron, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme, de la Lozère, de la Creuse, de la Corrèze, de la Haute-Vienne, du Lot, du Gard, de la Saône-et-Loire, de la Loire, de la Nièvre… ont battu le pavé auvergnat pour dire à quel point leur activité est en danger. Convergeant des principales autoroutes (A75, A71, A89…), ils ont rejoint la place de Jaude en fin de matinée, tandis qu’un second cortège était mobilisé à Lyon. À leur côté des élus, des salariés d’organisations professionnelles agricoles dont certaines avaient volontairement choisi de baisser le rideau en ce jour de mobilisation générale et des acteurs du secteur comme les concessionnaires de matériels agricoles, coopératives, groupements de producteurs… Le monde de l’élevage réuni au grand complet en somme, et plus globalement celui de ce vaste espace de polyculture-élevage « dont l’avenir pourrait être compromis par des choix politiques hasardeux », a résumé David Chauve, secrétaire général adjoint de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, et chef d’orchestre de ce vaste rassemblement clermontois. Sur les banderoles, en filigrane, le même message  : le sentiment de travailler toujours davantage sans en récolter les fruits, alors qu’au bout de la chaîne, d’autres se gavent. En cause, une loi Éga bancale qui peine à aller au bout de son esprit original : permettre aux producteurs d’être à minima payés aux coûts de production.

Mobilisation massive place Bellecour à Lyon


« Cela fait plus de vingt ans que nous attendons des prix à la hauteur de nos coûts de production ! Il faut trouver une vraie solution pour les agriculteurs ! », a clamé le président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, Michel Joux, à Lyon où 500 agriculteurs et 200 tracteurs avaient convergé dans la matinée sur la place Bellecour. Des convois du Rhône et de la Loire s’étaient rassemblés à l’entrée nord de la ville. D’autres de l’Ain et des Savoie ont emprunté l’entrée est de la Métropole. Ils ont été rejoints par des agriculteurs de la Drôme, de l’Isère, du sud du Rhône et de l’Ardèche qui sont arrivés par l’autoroute du Sud. « Nous voulons que tous les agriculteurs puissent vivre de leur travail », a lancé à la tribune place Bellecour, Jordan Magnet, secrétaire général des JA Aura. En début d’après-midi, à Lyon, une délégation de responsables FRSEA et JA a été reçue par le préfet de Région, Pascal Mailhos. La veille, ils s’étaient entretenus par Visioconférence avec le directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Agriculture, Benoît Bonaimé.
Sébastien Duperay

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.