Le Réveil Lozère 03 juin 2022 a 08h00 | Par Sébastien Joly

Une augmentation des prix, jusqu’à quand ?

Avec un déficit structurel de l’offre sur l’ensemble du territoire européen, les prix de la viande ovine atteignent des sommets. C’est dans ce contexte plutôt favorable que la coopérative Copagno-Feder a tenu son Assemblée générale à Villefranche-d’Allier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Thierry Orcière (à gauche) élève 1 400 brebis blanches du massif central sur la commune de Lezoux. À ses côtés, Christophe Guillerand, responsable de Copagno.
Thierry Orcière (à gauche) élève 1 400 brebis blanches du massif central sur la commune de Lezoux. À ses côtés, Christophe Guillerand, responsable de Copagno. - © Sébastien Joly

Une année 2021 placée sous le signe d’une forte hausse des cours de la viande ovine et une demande en agneaux forte. Cependant, l’offre reste limitée, particulièrement en agneau français. À cela s’ajoute une faible disponibilité de viande ovine d’importation.
Des éleveurs ovins, adhérents à Copagno, qui voient donc une augmentation moyenne de 11 % du prix payé par animal par rapport à l’année précédente. Une situation dont se félicite Thierry Orcière, président de Copagno : « ces bons résultats pour la valorisation de nos animaux sont la conséquence d’un marché élevé mais aussi des choix commerciaux retenus depuis de nombreuses années, notamment grâce à nos filières qualité label rouge ou bio ainsi que la volonté du conseil d’administration de valoriser au maximum les animaux des adhérents ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.