Le Réveil Lozère 15 juillet 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Une barre d’effarouchement pour préserver la petite faune

Dans le cadre du programme Agrifaune, la fédération de chasse de Lozère met, depuis 2013, une barre d’effarouchement à disposition des agriculteurs du département. Un programme mis en sommeil ces dernières années et que la fédération de chasse souhaite relancer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le cadre du programme Agrifaune, la fédération de chasse de Lozère met, depuis 2013, une barre d’effarouchement à disposition des agriculteurs du département. Un programme mis en sommeil ces dernières années et que la fédération de chasse souhaite relancer.
Dans le cadre du programme Agrifaune, la fédération de chasse de Lozère met, depuis 2013, une barre d’effarouchement à disposition des agriculteurs du département. Un programme mis en sommeil ces dernières années et que la fédération de chasse souhaite relancer. - © Fédération de chasse 48

« Un faon de chevreuil, deux perdrix, un lièvre… » énumère Damien Crueyze. Ce sont les animaux qu’il a réussi à sauver grâce à la barre d’effarouchement installée à l’avant de son tracteur, durant la fauche de sa parcelle de 12 hectares cette année. « Lorsque la fédération nous a proposé d’essayer cette barre, on a dit oui tout de suite », décrit Damien Crueyze.
« C’est sûr qu’on préfère sauver ces animaux, plutôt que de les faucher », glisse l’agriculteur installé au lieu-dit Le Sauvage, près de Saint-Laurent-de-Muret. Cette barre, facile à installer selon les explications de l’agriculteur, se pose à l’avant du tracteur et se compose d’une barre transversale et de lourdes chaînes en métal qui cliquettent lors de l’avancée du tracteur, donnant le temps à la petite faune de s’enfuir avant le passage de la faucheuse.
« Nous avions lancé ce programme sur le territoire du Massegros en 2013, pour engager des mesures de sauvegarde de la faune sauvage au vu de la quantité de ces populations dans les champs », explique Christophe Rieutort, technicien et animateur nature à la fédération de chasse lozérienne. D’autres mesures avaient aussi été engagées, certaines en lien avec la chambre d’agriculture, notamment : replantage de haies, restauration de lavognes, cultures de fauche (notamment la fauche centrifuge), selon le technicien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui