Le Réveil Lozère 18 mars 2020 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Une chaire d’enseignement pour accompagner les filières

Trois écoles d’ingénieurs d’Occitanie ont lancé avec l’institut régional de la qualité agroalimentaire (Irqualim), une chaire d’enseignement et de recherche consacrée aux démarches de qualification en agriculture, présidée par François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SC

Dans le cadre de cette chaire, trois thèmes principaux seront traités par les universitaires de l’INP-Ensat, de Purpan et de Supagro : l’image des produits, les nouveaux indicateurs de durabilité à prendre en compte, et le renouvellement des générations. C’est une démarche inédite qui préfigure une nouvelle relation entre le monde agricole et celui de l’université avec un objectif : apporter des réponses aux acteurs des filières agricoles alors qu’en marge des signes officiels de qualité et d’origine (SIQO*), de nouvelles démarches de qualification des produits fleurissent un peu partout. « Les signes officiels de qualité historiques sont aujourd’hui bousculés par ces nouveaux labels. Bon nombre d’acteurs agricoles pensent à tort que ces filières qualité sont épargnées par les problématiques parce qu’elles sont créatrices de valeur. Et pourtant, leurs cahiers des charges ne font plus forcément recette auprès des jeunes », explique François Purseigle, sociologue et enseignant-chercheur. La chaire ambitionne donc de poser les bases d’une réflexion essentielle pour l’avenir des filières sous signes de qualité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.