Le Réveil Lozère 06 juillet 2022 a 10h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Une chaire partenariale pour une meilleure gestion de la ressource

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Une chaire intitulée « Eau, agriculture et changement climatique », lancée en 2021 par l'Institut Agro et l'Inrae, vise à « explorer ensemble des solutions concrètes pour une meilleure gestion de l'eau à l'échelle des territoires » du grand sud de la France, ont indiqué le 4 juillet ses initiateurs. Il s'agit de « repenser des systèmes de production agricole, des filières et des systèmes alimentaires plus sobres » ; de « poursuivre les efforts en matière d'économie d'eau en agriculture irriguée » ; de développer le recyclage et la réutilisation des eaux et des nutriments ; ou encore de stocker plus d'eau, dans les sols et le sous-sol grâce à des solutions fondées sur la nature, ainsi que via de nouvelles retenues, a expliqué Sami Bouarfa (Inrae). L'initiative associe les chambres d'agriculture régionales (Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Paca), les sociétés d'aménagements régionales, des collectivités territoriales, des bureaux d'études spécialisés et des entreprises privées. Six chantiers prioritaires sont lancés, parmi lesquels : « Transition agroécologique et gestion de l'eau : quelles interdépendances ? » ; la réutilisation d'eaux usées traitées ; ou encore « Retenir plus, répartir mieux : quels aménagements pour les territoires ? »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.