Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 09h00 | Par Mélodie Comte

Une chèvrerie au service de son éleveuse

À Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages et s’assurer de meilleures conditions de travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans sa nouvelle chèvrerie, Eugénie Schaff a gagné en temps et confort de travail.
Dans sa nouvelle chèvrerie, Eugénie Schaff a gagné en temps et confort de travail. - © Mélodie Comte

À 30 ans, Eugénie Schaff a réalisé son rêve d’enfant. D’abord cadre dans l’industrie agro-agroalimentaire, elle est aujourd’hui à la tête d’un troupeau de 36 chèvres dont elle transforme le lait au quotidien. Près de Sugères, aux portes du Livradois-Forez, elle a rénové d’anciens bâtiments pour débuter son élevage avant de construire une chèvrerie et un laboratoire de transformation tout confort.

D’ingénieur à chevrière
Eugénie Schaff a abandonné son métier pour devenir éleveuse il y a deux ans. Son projet de nouvelle vie démarre en 2018 avec la réalisation d’un Bac pro CGEA puis la succession de stages dans différentes fermes. « Je voulais apprendre le plus de techniques fromagères possible », explique l’éleveuse. Elle acquiert ensuite un troupeau de chèvres Alpines, sélectionné dans les meilleurs élevages. Avec l’aide de son compagnon, elle transforme dans leur propriété un ancien garage en salle de transformation et en magasin. Les box à chevaux deviennent une chèvrerie. Durant presque deux ans, Eugénie Schaff travaille dans des conditions « peu confortables ». Malgré tout, elle parvient à réaliser près d’une quinzaine de produits différents allant du fromage sec au frais en passant par le blanc. Elle développe rapidement sa clientèle lui permettant de bientôt imaginer la construction d’une chèvrerie digne de ce nom.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.