Le Réveil Lozère 20 mars 2019 a 15h00 | Par FDSEA-JA 48

« Une énième rencontre avec l’État »

FDSEA, JA et chambre d’agriculture de Lozère ont rencontré vendredi dernier Xavier Doublet, préfet référent loup, Véronique Guillon, Draaf Aura et Mathieu Metral, Dreal Aura.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La rencontre s’est déroulée à la préfecture de Mende.
La rencontre s’est déroulée à la préfecture de Mende. - © FDSEA-JA 48

Vendredi 15 mars 2019, les Jeunes agriculteurs, la FDSEA et la chambre d’agriculture de Lozère sont allés à la rencontre du préfet référent loup, Xavier Doublet ainsi que Véronique Guillon, référente du loup à la Draaf Auvergne-Rhône Alpes (direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) et Mathieu Metral, référent loup à la Dreal Auvergne-Rhône-Alpes (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Lors de ce rendez-vous, de nombreuses questions ont été posées par la profession afin d’obtenir des réponses claires de la part des services de l’État sur la situation de la prédation en Lozère.
Le plafond des 500 loups à l’échelle nationale étant atteint, aujourd’hui la viabilité de l’espèce n’est plus compromise, mais quel avenir pour l’élevage lozérien ? Sous la pression de nos syndicats, l’État a décidé de prendre des mesures. Il souhaite dans un premier temps pour l’année 2019 relever le quota de tirs passant de 10 % à 17 %, voir 19 % de prélèvement, soit près de cent loups par an. Pour faciliter les tirs, les clauses de prélèvement ont été aussi simplifiées.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1502, du 21 mars 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.