Le Réveil Lozère 04 novembre 2020 à 11h00 | Par DB - La Volonté paysanne

Une filière en construction

Jérôme Puel, gérant de la Minoterie de la vallée du Céor, veut mettre en place une nouvelle filière de blé bio en Aveyron avec des agriculteurs. Une réunion d’information est programmée à Salmiech, lundi 2 novembre, à 14 heures. La chambre d’agriculture et l’association Ocebio seront aussi présentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jérôme Puel, le porteur de projet.
Jérôme Puel, le porteur de projet. - © DB

La Minoterie de la vallée du Céor, à Salmiech, est une entreprise gérée par Jérôme Puel, descendant d’une famille de meuniers. « Nous employons 3,5 salariés, dont mon épouse, secrétaire, et cherchons par ailleurs un responsable de production ! », lance le gérant. Son secteur d’activité est l’achat de blés panifiables auprès des céréaliers ou organismes stockeurs pour la transformation en farine, dont celles commercialisées pour les marques Fabriqué en Aveyron (filière Régalou), ou Sud de France. « Le tiers de notre production concerne désormais le blé bio, alors que nous étions à zéro en 2015 », indique Jérôme Puel. « Sur ce tiers, les trois-quarts proviennent du Gers, premier département céréalier bio de France ».

Potentiel aveyronnais
Pour lui, il y a du potentiel en Aveyron pour structurer une filière de blé bio, c’est pour cela qu’il a pris l’initiative de lancer l’idée de créer une association ou une coopérative à cet effet : « notre projet est de fédérer des agriculteurs aveyronnais bio produisant du blé, ou qui veulent en cultiver. Puis de collecter cette production de blé AB sur notre site de Salmiech pour la nettoyer, la sélectionner, afin d’avoir un produit homogène panifiable bio à proposer aux boulangers du département et d’ailleurs, mais aussi aux GMS ou à l’industrie ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.