Le Réveil Lozère 23 novembre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Une mélangeuse automotrice et électrique à fort potentiel

Mercredi 16 novembre, le Gaec Contastin, établi au Massegros, a invité les éleveurs à la présentation et à la démonstration de la mélangeuse automotrice et électrique Seko, vendue par l'entreprise Lacan, en Aveyron.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mercredi 16 novembre, le Gaec Contastin, établi au Massegros, a invité les éleveurs à la présentation et à la démonstration de la mélangeuse automotrice et électrique Seko, vendue par l'entreprise Lacan, en Aveyron.
Mercredi 16 novembre, le Gaec Contastin, établi au Massegros, a invité les éleveurs à la présentation et à la démonstration de la mélangeuse automotrice et électrique Seko, vendue par l'entreprise Lacan, en Aveyron. - © Marion Ghibaudo

Cette mélangeuse est innovatrice à plusieurs points de vue : automotrice et électrique. « C'est une machine qui est autonome, donc qui n'a pas besoin d'un tracteur pour la piloter », a détaillé Daniel Contastin, l'éleveur qui a acquis la machine il y a un an environ.
Si l'idée lui en est venue, c'est en lisant un article de nos confrères de la revue Pâtre, qui avaient écrit le portrait d'un agriculteur l'utilisant dans le Tarn. Ni une ni deux, les associés du Gaec, Daniel, Christine et leur fils Yvan ont contacté ce même éleveur et acquis un modèle ressemblant, « convaincus par les arguments présentés ».
« C'est une machine très économique en énergie : elle fonctionne pour un coût énergétique de 500 euros TTC par an, ce qui est très compétitif par rapport à une machine guidée par tracteur » a relevé Daniel Contastin, très satisfait de ce choix. Ce qui leur a aussi permis de bénéficier d'aide à hauteur de 40 %, sous le PMBE (plan de modernisation des bâtiments d'élevage). « Et elle mécanise vraiment l'alimentation. Elle nous a aussi permis de gagner trois points de MSU ». Si cette machine est arrivée dans l'exploitation, c'est parce qu'il y a quatre ans, un nouveau bâtiment est construit. Pour apporter la nourriture aux animaux de façon mécanisée, une réflexion conduite en parallèle de la construction du bâtiment, plusieurs pistes sont explorées : « c'est la mélangeuse qui nous est apparue à la fois la plus économique et la plus simple d'utilisation. Pas besoin d'un diplôme d'ingénieur pour la faire tourner ».
Installé depuis 1993 avec son épouse, les associés vont bientôt accueillir la nouvelle génération au sein du Gaec, puisque Yvan est en cours d'installation. Si un nouveau bâtiment a été imaginé il y a quatre ans, « c'est parce qu'il ne correspondait plus. Notre droit à produire avait un peu augmenté, donc il fallait prendre une décision : soit un nouveau bâtiment, soit on arrêtait ». Une bergerie qui accueille 300 brebis Lacaune, et produit du lait pour Roquefort

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.