Le Réveil Lozère 03 février 2021 a 09h00 | Par AG

Une mission parlementaire propose de créer un délit d'intrusion

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans son rapport publié le 27 janvier, la mission d'information parlementaire sur les entraves aux activités légales propose de créer un nouveau délit qui pourrait sanctionner les auteurs d'intrusions dans les exploitations agricoles. Il viserait « l'introduction sans droit dans un lieu où sont exercées, de façon licite, des activités commerciales, industrielles, artisanales, agricoles ou de loisir, dans le but de troubler la tranquillité ou le déroulement normal de l'activité ». Les députés suggèrent des peines « d'un an d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende », assorties de circonstances aggravantes en cas de « risque sanitaire pour l'homme, les animaux ou l'environnement », ou quand le but de l'intrusion est de « filmer ou capter les paroles prononcées ». Présidée par Xavier Breton (LR, Ain) la mission constate « une augmentation récente des faits d'entrave et une radicalisation des actions ». Toutefois, « la réponse pénale aux actions d'entrave (...) est aujourd'hui trop faible », principalement à cause du « faible nombre de dépôts de plaintes. » Pour y remédier, les parlementaires veulent lancer une campagne d'information en direction des victimes d'entrave, tout en leur permettant de déposer leur plainte en ligne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»