Le Réveil Lozère 02 juin 2021 a 16h00 | Par Marion Ghibaudo

Une nouvelle diversification maraîchère en Margeride

Huit producteurs de Margeride se sont réunis dans une association pour proposer aux consommateurs locaux un panier maraîcher composé de pommes de terre, carottes, oignons et raves.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Huit producteurs de Margeride se sont réunis dans une association pour proposer aux consommateurs locaux un panier maraîcher composé de pommes de terre, carottes, oignons et raves.
Huit producteurs de Margeride se sont réunis dans une association pour proposer aux consommateurs locaux un panier maraîcher composé de pommes de terre, carottes, oignons et raves. - © Marion Ghibaudo

Tout commence à l'hiver 2020, lorsque les huit agriculteurs créent l'association Méli'bio de Margeride, emmenés par le président, Gilles Estevenon. « On s'est réuni cinq ou six fois pendant l'hiver pour parler de ce que l'on pouvait faire », expliquent les producteurs. Au début, les agriculteurs penchent pour une culture de la pomme de terre, parce que le vice-président, Florent Tufféry, en avait entendu parler grâce à l'un de ses stagiaires, dont l'exploitation familiale en fait une culture industrielle.
Emballé par l'idée, il embarque les producteurs de l'association pour une visite en Haute-Loire, dans l'exploitation du stagiaire, pour comprendre ce que veut dire cultiver des pommes de terre, les avantages, les inconvénients, le temps de travail impliqué, les coûts, etc. « Dans l'exploitation familiale du stagiaire, ils le font à une autre échelle que ce que nous avions imaginé et tout est mécanisé », expliquent les producteurs, qui loin d'être effrayés par les contraintes, se lancent alors concrètement, mais à leur échelle.
Au final, ils auront semé quatre variétés de pommes de terre, des oignons rouges et des carottes. « Pour les carottes, rigolent les producteurs, on en a discuté pendant deux heures pendant une réunion, sans réussir à se décider vraiment. Le lendemain, Gilles Estevenon a annoncé qu'il plantait un champ pour voir, et on a tous embarqué dans la foulée ».
Et pour corser un peu l'affaire, les agriculteurs ont décidé de ne pas mécaniser et de cultiver en bio : « nous avons décidé de n'utiliser que les effluents de nos élevages, et de cultiver sans engrais bio ni traitements chimiques ». Les producteurs sont aussi allés chercher des semences bio pour planter leurs champs. En 2022, l'association, qui a déjà entamé les démarches, espère être certifiée en bio.

En pratique

Pour contacter l'association, rendez-vous sur leur page Facebook : Méli'bio de Margeride.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.