Le Réveil Lozère 23 novembre 2022 a 10h00 | Par NS

Une offre de bovin en déclin...

À l'occasion du sommet de l'élevage, la commission du commerce extérieur d'Interbev organisait, le 6 octobre dernier, une table ronde avec les différents acteurs de la filière viande bovine pour débattre de la décapitalisation du cheptel bovin et la diminution de l'offre vers l'export européen.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À l'occasion du sommet de l'élevage, la commission du commerce extérieur d'Interbev organisait, le 6 octobre dernier, une table ronde avec les différents acteurs de la filière viande bovine pour débattre de la décapitalisation du cheptel bovin et la diminution de l'offre vers l'export européen.
À l'occasion du sommet de l'élevage, la commission du commerce extérieur d'Interbev organisait, le 6 octobre dernier, une table ronde avec les différents acteurs de la filière viande bovine pour débattre de la décapitalisation du cheptel bovin et la diminution de l'offre vers l'export européen. - © Aurélie Pasquelin/Illustration

Historiquement, la France est un pays d'élevage et leader de l'économie bovine en Europe. « Ces dix dernières années, les envois de bovins vifs n'ont cessé d'augmenter, passant d'1,1 million en 2013 à 1,4 million en 2021. Les exportations de viande ont été globalement stables, oscillant autour de 235 000 tonnes sur la même période », a indiqué Emmanuel Bernard, président d'Interbev bovin. Une demande soutenue depuis des années par l'Italie et l'Espagne qui ont toujours été des partenaires privilégiés de la France. « Des relations commerciales étroites se sont nouées avec certains pays européens, comme l'Italie, premier client sur l'export de viande bovine et de broutards, ou l'Espagne, premier acheteur de veaux laitiers », a commenté Emmanuel Bernard.

Une offre limitée
Cependant, l'offre de viande bovine est en déclin ces dernières années. Un constat confirmé par Eve Grohens, intervenante au département économique de l'Institut de l'élevage : « On compte une baisse du nombre de vaches, soit 741 000 têtes en moins depuis 2016 dont 457 000 vaches allaitantes et 284 000 vaches laitières ». Une baisse du cheptel qui se traduit par une baisse accrue en 2022. « Au 1er août 2022, le cheptel laitier est en baisse de 1,8 % et 3,1 % pour le cheptel allaitant. Les exportations de bovins sont quant à elles en baisse de 10 % par rapport à 2021 » a-t-elle ajouté. Du côté des abattages : « En 2022, on observe une baisse des abattages de 3,5 % sur le début de l'année », a expliqué Dominique Guineheux, président du club viande bovine Europe et directeur des achats pour le groupe Bigard. Une tendance qui, loin de ralentir, devrait se poursuivre en suivant les évolutions démographiques actuelles : « La France perdrait un million de vaches supplémentaires d'ici 2030 », selon Eve Grohens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.