Le Réveil Lozère 30 juillet 2022 a 08h00 | Par Emmanuelle Perrussel

Une production au prix garanti

Pierre Gouttenoire, double actif en élevage limousin à Amplepuis (Rhône) et salarié agricole, a fait le choix du photovoltaïque en 2011 pour revendre de l'électricité au réseau.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pierre Gouttenoire élève des limousines (90 vêlages par an) à Amplepuis dans le Rhône.
Pierre Gouttenoire élève des limousines (90 vêlages par an) à Amplepuis dans le Rhône. - © DR

Installé depuis 2005 en élevage allaitant à Amplepuis dans le Rhône, Pierre Gouttenoire valorise localement les carcasses de ses animaux. Il a divisé sa ferme en deux pour permettre l'installation de son épouse Valérie en 2017. « J'ai toujours été attiré par l'économie locale circulaire et les ENR », introduit l'agriculteur qui, depuis 2011, produit de l'électricité grâce à des panneaux photovoltaïques sur les toitures de deux bâtiments pour une puissance actuelle de 301 kWc, soit 2 385 m² de panneaux. Depuis 2019, la ferme est équipée d'une unité de méthanisation de 150 kWe en cogénération.
« Passionné par les énergies renouvelables, je souhaitais contribuer à la transition écologique et climatique. J'ai franchi le pas car j'avais besoin d'une extension de bâtiment et l'énergie photovoltaïque est l'une des seules productions où le prix est garanti sur vingt ans grâce à un contrat », détaille Pierre Gouttenoire. Ce projet en tête, il en a parlé autour de lui, et a visité des installations (Alsace, Aveyron...) pour lever ses craintes une par une.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.