Le Réveil Lozère 10 novembre 2022 a 08h00 | Par YG

Une progression inquiétante en Pays de la Loire

L'influenza aviaire continue de progresser, en particulier dans l'Ouest, toujours en première ligne. Fait préoccupant : l'apparition de nouveaux cas autour des premiers foyers, signes d'une potentielle diffusion de la maladie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'influenza aviaire continue de progresser, en particulier dans l'Ouest, toujours en première ligne. Fait préoccupant : l'apparition de nouveaux cas autour des premiers foyers, signes d'une potentielle diffusion de la maladie.
L'influenza aviaire continue de progresser, en particulier dans l'Ouest, toujours en première ligne. Fait préoccupant : l'apparition de nouveaux cas autour des premiers foyers, signes d'une potentielle diffusion de la maladie. - © Armelle Puybasset/Illustration

Selon le dernier bilan du ministère de l'Agriculture au 25 octobre, la France compte désormais 36 foyers d'influenza aviaire en élevage, contre 25 une semaine plus tôt. Une progression particulièrement inquiétante en Pays de la Loire, avec sept foyers en Vendée (+3 en une semaine), sept dans le Maine-et-Loire (+2) et trois dans la Sarthe (+2). Facteur aggravant : plusieurs de ces foyers sont apparus près des premiers cas observés, ce qui pourrait laisser craindre une diffusion de la maladie. La carte utilisée par nos confrères de Réussir volailles montre ainsi des cas groupés autour notamment de Saint-Fulgent (Vendée) ou de Malicorne (Sarthe).
En Vendée, épicentre de la précédente vague printanière d'influenza, « ce sont près de 83 500 oiseaux qui ont été touchés dans des élevages confinés » (trois élevages de dindes et quatre de canards), indique la préfecture dans un communiqué le 24 octobre. « Ces foyers ont été détectés grâce à la surveillance renforcée effectuée au quotidien par les éleveurs et par tous les acteurs de la filière », notent les autorités. La Bretagne et les Pays de Loire concentrent plus des deux tiers des cas ; les pouvoirs publics y ont décrété le 19 octobre des mesures de prévention supplémentaires, dont la mise à l'abri des volailles. Le 1er octobre, le ministère avait déjà rehaussé le niveau de risque à « modéré » pour l'ensemble du territoire métropolitain.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.