Le Réveil Lozère 07 mai 2019 a 09h00 | Par Catherine Leclève

Une réforme tant attendue

Une procédure simplifiée pour changer de régime matrimonial a été adoptée.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La loi du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 vient de finaliser le processus, amorcé depuis 1965, de libéralisation de la procédure de changement de régime matrimonial. En effet, un changement complet, ou un simple aménagement du régime matrimonial, était plus complexe que de se marier ou de divorcer.
Quatre mesures ont été adoptées. Premièrement, il n’y a plus lieu d’attendre un délai minimal de deux ans d’application du régime pour en changer. Deuxièmement, en présence d’enfants mineurs, l’homologation systématique de la convention portant changement du régime matrimonial, a disparu. Ce passage obligé par le juge ralentissait considérablement la procédure et augmentait également son coût. L’objectif recherché était de protéger les enfants mineurs. Or, la pratique aboutit à constater que les refus d’homologation étaient extrêmement rares. Aussi, le notaire se chargera de vérifier la conformité du changement demandé à l’intérêt de la famille. Cette mesure énoncée par l’article 1397 du Code civil est d’application immédiate aux procédures en cours.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1509, du 9 mai 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
10 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.