Le Réveil Lozère 19 octobre 2022 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Une revue des projets d'ici la fin de l'année 2022

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans la continuité du Varenne de l'eau - qui s'est achevé le 1er février 2022, le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a décidé d'organiser une première revue des projets de gestion de l'eau lors de points en tête-à-tête avec les préfets de région. L'idée étant de recenser en priorité ceux qui « pourront voir le jour avant l'été 2023 », précise le ministère de l'Agriculture, et « d'identifier les situations de blocage » pour mieux y répondre. D'ores et déjà, le cabinet du ministre note trois points qui peuvent faire obstacle au bon déroulé du projet : à savoir la difficulté de trouver des porteurs de projets (la loi ne déterminant pas qui doit les porter) ; celle de suivre le Code de l'environnement lors de la mise en place de ces derniers ; et enfin le financement. Concernant les réponses, elles se feront « au cas par cas », mais les possibilités de redéployer des crédits alloués à l'hydraulique agricole ou encore de saisir des porteurs de projet sont envisagées. Prochain rendez-vous : un comité de pilotage qui se tiendra le 8 novembre afin d'établir un état d'avancement des 24 actions prévues au terme du Varenne de l'eau. « L'idée, c'est aussi que le ministre remette la pression pour que cela avance. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.