Le Réveil Lozère 17 mars 2021 a 09h00 | Par R. Saint-André

Une solution pour faire consommer les refus potentiels

Le GDA de Maurs a planché sur la méthode qui, forte de nombreux atouts, tend à se développer.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le GDA de Maurs réunit régulièrement ses adhérents pour faire le point sur la technique de topping.
Le GDA de Maurs réunit régulièrement ses adhérents pour faire le point sur la technique de topping. - © R. Saint-André

La question est multiple : comment limiter les zones de refus, maîtriser l'épiaison, tout en évitant les zones sur-pâturées ? À Maurs, dans le sud du Cantal, le groupement de développement agricole (GDA) planche depuis plusieurs années sur une méthode. Son principe : faucher l'herbe juste avant l'entrée des animaux, la veille, voire le jour même et la laisser sur place, prête à être consommée. Son nom : le topping*.
Dès 2019, le GDA local a organisé des journées techniques, avec l'appui de la chambre d'agriculture. La démonstration ne s'est pas fait attendre : après la fauche et un léger temps de fanage, les vaches consomment l'herbe sans trier et sans zone de surpâturage. La formation des épis est maîtrisée et, de toute façon, sans triage possible, les bêtes ont même tendance à manger ce qui est épié. De fait, elles consomment davantage que s'il n'y avait pas eu d'intervention.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.