Le Réveil Lozère 13 juin 2022 a 12h00 | Par Sophie Sabot

Une start-up relance les commerces multi-services

La start-up Comptoir de campagne a déjà créé quatorze commerces multi-services dans des villages de Rhône-Alpes et Bourgogne. Son ambition : résorber la fracture territoriale en proposant un modèle économique qui se veut viable et durable.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La start-up Comptoir de campagne a déjà créé quatorze commerces multi-services dans des villages de Rhône-Alpes et Bourgogne. Son ambition : résorber la fracture territoriale en proposant un modèle économique qui se veut viable et durable.
La start-up Comptoir de campagne a déjà créé quatorze commerces multi-services dans des villages de Rhône-Alpes et Bourgogne. Son ambition : résorber la fracture territoriale en proposant un modèle économique qui se veut viable et durable. - © DR

Voir rouvrir un commerce de proximité dans leur commune est certainement le souhait de nombreux élus ruraux. Mais trouver un candidat prêt à se lancer dans la création d'une épicerie, d'une boulangerie ou d'un bistrot reste un défi difficile à relever. Pourtant des réponses existent. C'est ce que souhaite démontrer la jeune société Comptoir de campagne. Depuis 2016, elle a ouvert quatorze commerces d'un nouveau genre dans la Loire, Saône-et-Loire, la Côte-d'Or, l'Isère, le Rhône, la Savoie et bientôt la Drôme. La start-up, basée à Villeurbanne (Rhône), affiche trois ambitions : ramener des services de proximité dans les villages ; valoriser la production locale et artisanale tout faisant la promotion d'un mode de consommation plus durable ; créer du lien social.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.