Le Réveil Lozère 12 décembre 2018 a 16h00 | Par Pierre Garcia

Vanik Berberian : « On commence à en demander beaucoup trop aux élus »

Vanik Berberian dirige depuis 2008 l’association des maires ruraux de France (AMRF). Lui-même maire de Gargilesse-Dampière dans l’Indre (300 habitants), il s’efforce de fédérer, d’informer et de représenter les maires des quelque 10 000 communes françaises de moins de 3 500 habitants.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
&copy Pierre Garcia" class="lightbox" >Vanik Berberian : « Je ne suis surpris ni par les nombreuses démissions ni par la volonté de certains maires de dire
Vanik Berberian : « Je ne suis surpris ni par les nombreuses démissions ni par la volonté de certains maires de dire "stop" ». - © Pierre Garcia

Que retenez-vous du dernier congrès des maires de France auquel vous avez assisté ?
Pour ce qui nous concerne, le gouvernement a proposé d’établir un agenda rural afin de dresser ensemble une liste de priorités à réaliser selon un échéancier défini. Cela pourrait concerner des domaines aussi variés que la santé, la mobilité ou encore l’éducation. Le dossier devrait être porté par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, mais pour le moment, nous n’avons pas de date précise quant à sa mise en place, nous en sommes encore au stade des discussions.


À quoi ressemble aujourd’hui la relation entre les maires ruraux et le gouvernement ?
Aujourd’hui, il y a une véritable obligation pour le gouvernement de renouer un lien qui s’est brisé. Cela passera par la concertation, les décisions ne peuvent plus se prendre unilatéralement.

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1488, du 13 décembre, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.