Le Réveil Lozère 05 octobre 2022 a 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Vers un calendrier avancé pour « une dizaine » de départements

Réunissant pour la 4e fois cette année un Comité sécheresse, le ministre de l’Agriculture a annoncé un nouvel avancement du calendrier de reconnaissance et de versement des aides au titre des calamités agricoles pour les zones les plus touchées par la sécheresse, a indiqué son équipe lors d’un point presse le 3 octobre, à la veille de son déplacement au Sommet de l’élevage (Cournon, Puy-de-Dôme).

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Comme demandé par Chambres d’agriculture France (ex-APCA), la prochaine réunion du CNGRA (comité de gestion des risques agricoles) du 18 octobre permettra la « pré-reconnaissance » de zones touchées dans certains départements, en vue d’une reconnaissance « officielle » attendue « début novembre », explique le cabinet de Marc Fesneau. Cela « permettra d’avancer le calendrier de versement des acomptes de 50 % » et de verser le solde « d’ici la fin d’année » dans ces départements, « plus ou moins une dizaine », selon de premiers chiffrages. Pour être éligible à cette « pré-reconnaissance », le dossier devrait établir que la zone concernée restera, un mois plus tard, sous la barre des 30 % de pertes de récolte, qui le rendent éligible aux calamités. Cette annonce vient remplacer le projet de « fonds d’urgence » évoqué fin août par Marc Fesneau, sur le modèle de celui débloqué face au gel du printemps 2022. « L’objet de ce fonds était de faire la jonction avec le dispositif de calamités, il devient donc caduc avec ce nouveau calendrier », indique-t-on Rue de Varenne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.