Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 à 10h00 | Par Propos recueillis par P. Olivieri

Viande bovine : « L’enfumage, c’est fini ! »

Depuis plusieurs semaines, un redressement des cours des vaches s’amorce, suite au mouvement de rétention des animaux, lancé par le syndicalisme. Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine (FNB), explique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis plusieurs semaines, un redressement des cours des vaches s’amorce, suite au mouvement de rétention des animaux, lancé par le syndicalisme. Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine (FNB), explique.
Depuis plusieurs semaines, un redressement des cours des vaches s’amorce, suite au mouvement de rétention des animaux, lancé par le syndicalisme. Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine (FNB), explique. - © P. Olivieri

Il y a quelques semaines, la FNB a appelé les éleveurs à une rétention des animaux en ferme. Ce mot d’ordre inédit a-t-il été suivi d’effets sur les disponibilités et les cotations ?
Ça fait trois ans que les prix chutent en viande bovine, avec pour conséquence des éléments franchement inquiétants : une décapitalisation de 3 % par an du cheptel allaitant, près de 2 000 éleveurs de moins chaque année… Et le Covid-19 a montré une nouvelle facette du marché de la viande : même avec une consommation au rendez-vous, des abattages qui se maintenaient, on a subi des baisses de prix sans que la filière subisse de crise. Pour les éleveurs, ça a été un ras-le-bol général. Les appeler à retenir leurs animaux en ferme, ou plutôt à décaler leurs ventes, sachant que les trésoreries étaient déjà au plus mal, a été une décision qui n’a pas été facile à prendre, c’était en quelque sorte un cri de désespoir.
Si aujourd’hui, on ne peut estimer concrètement combien d’animaux ont été retenus ou reportés, on sait qu’il n’y a pas besoin d’une rétention énorme pour impacter le marché. En tout cas, on a le sentiment que cette action a généré une prise de conscience à l’aval de la filière, qu’une nouvelle dynamique s’est créée, qui a commencé par le secteur de l’abattage et notamment le groupe Bigard, qui a été le premier à dire qu’il fallait enclencher cette dynamique, sous peine de ne plus avoir de production bovine française et de souveraineté en la matière. C’est historique ! D’autres opérateurs ont suivi, de même que la grande distribution qui a compris qu’il valait mieux arrêter la politique des prix bas, notamment sur le steak haché, mieux rémunérer les éleveurs et tendre vers les fameux coûts de production.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1567, du 2 juillet 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui