Le Réveil Lozère 26 juin 2022 a 08h00 | Par Propos recueillis par Sophie Chatenet

Vidéo-surveillance et alarme anti-intrusion : le duo gagnant pour se protéger

Gérant de Proxisure Massif central, Jean-Sébastien Bonhomme et ses onze collaborateurs constatent un regain d’intérêt pour les systèmes de protection, y compris en milieu rural où les vols augmentent.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Après une carrière de quinze ans dans la gendarmerie, Jean-Sébastien Bonhomme s’est installé à son compte il y a onze ans dans le Cantal, d’où il développe son activité dans d’autres départements.
Après une carrière de quinze ans dans la gendarmerie, Jean-Sébastien Bonhomme s’est installé à son compte il y a onze ans dans le Cantal, d’où il développe son activité dans d’autres départements. - © SC

En quoi est-ce intéressant de s’équiper en vidéo-surveillance ?
La vidéoprotection est un outil parmi tant d’autres pour se protéger des vols et cambriolages. Mais seul, il ne peut pas répondre à toutes les problématiques. Pour être vraiment efficace, il est souvent couplé à des alarmes anti-intrusion, car l’idée c’est non seulement de voir ce qu’il se passe mais de réagir en cas de problème en appelant la gendarmerie. En France, les systèmes d’alarmes ne sont pas reliés à la gendarmerie.

Les technologies ont-elles évolué pour gagner en précision et éviter les « fausses » alertes ?
Aujourd’hui, les systèmes de vidéo-surveillance professionnels disposent de capteurs permettant de distinguer un animal d’un intrus, offrant une analyse fine de l’activité et évitant ainsi les fausses alertes. Actuellement, on voit fleurir sur internet, des offres de caméras à installer soi-même mais qui sont loin d’être efficaces à 100 % dans la mesure où elles englobent rarement tout le périmètre de la maison et où elles n’assurent pas de retransmission en direct.

Constatez-vous une hausse de demandes, y compris chez les agriculteurs ?
On a beaucoup de gens qui nous demandent, notamment en milieu rural, où les vols ont augmenté ces dernières années. Historiquement, nous avions l’habitude de travailler avec les agriculteurs pour l’installation de caméras de surveillance de leurs animaux, aujourd’hui, ils sont de plus en plus nombreux à nous commander des dispositifs de vidéoprotections. Par ailleurs, la multiplication des conflits de voisinage encourage certains à s’équiper. C’est une réalité.

Quel est le montant moyen de l’investissement ?
Pour une alarme avec capteurs vidéo, il faut compter aux alentours de 2 000 euros pour une maison normale. Notre secteur est l’un des rares actuellement où les prix ont baissé. La hausse de la demande nous permet d’acheter en plus grosse quantité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.