Le Réveil Lozère 18 mai 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Vincent Labarthe en Lozère

Vendredi 13 mai, Vincent Labarthe, vice-président de la région Occitanie en charge de l'agriculture et de l'enseignement agricole, était invité en Lozère par la chambre d'agriculture.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 13 mai, Vincent Labarthe, vice-président de la région Occitanie en charge de l'agriculture et de l'enseignement agricole, était invité en Lozère par la chambre d'agriculture.
Vendredi 13 mai, Vincent Labarthe, vice-président de la région Occitanie en charge de l'agriculture et de l'enseignement agricole, était invité en Lozère par la chambre d'agriculture. - © Marion Ghibaudo

Contrat d'agriculture durable, rat-taupiers, mesures de transitions, et surtout orientations du PCAE face à l'augmentation des charges subies par les agriculteurs : les sujets sur la table étaient nombreux. Et la réunion a duré une bonne partie de la journée, d'abord dans les locaux de la chambre d'agriculture, puis avec la visite du Gaec de la pierre plantée, à Rouges-Parets (la Canourgue), chez les éleveurs ovins lait Marie-Charlotte Bousquet et Loïc Chabrol. Jeunes éleveurs installés hors-cadre familial, ils ont pu faire part de « leurs inquiétudes pour l'avenir de leur exploitation au vu de l'explosion des coûts des charges » à Vincent Labarthe, aux élus de la chambre d'agriculture, et à Claude Malzac, maire de la Canourgue. « Avec les crises successives, nous avons fait le calcul, nous allons arriver à près de 30 000 euros de charges l'an prochain ». Des circonstances qui remettent en cause leurs projets, dont la construction d'une nouvelle bergerie pour travailler en confort. « Notre situation est fragile », pointe Marie-Charlotte Bousquet, « et on ne peut pas continuer dans ces conditions ». Un premier plan d'investissement de près de 600 000 EUR au total a du récemment être complètement réajusté, près d'un an et demi après les premières analyses, notamment à cause de la flambée des matières premières.
« Nous travaillons toujours sur le PCAE ; mais l'une des pistes serait de pouvoir relever les plafonds, pour mieux prendre en compte les hausses de matières premières et accompagner les acteurs », a noté Vincent Labarthe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.