Le Réveil Lozère 31 juillet 2019 a 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Visite 3D d'une forteresse disparue

Envie d'une immersion 3D au xve siècle, au coeur d'une forteresse aujourd'hui disparue ? Préparez votre voyage dans le temps ! Le rocher de Carlat a rouvert ses portes pour l'été.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Rocher de Carlat

Et si on vous disait qu’il était possible de visiter une forteresse qui n’existe plus ? C’est ce que propose la Caba sur le rocher de Carlat. En 2019, le site rouvre les portes du temps pour un voyage à travers l’Histoire, au cœur de la citadelle reconstituée en 3D. Une immersion au xve siècle, grâce aux technologies du xxie.
C’est une immense citadelle que portait jadis ce plateau basaltique de deux hectares. Jadis, car palais, remparts, tours, église, logis, écuries, moulin, lac… ont été détruits il y a bien longtemps, en 1603-1604. Mais l’histoire des lieux, elle, a traversé les siècles. Les données historiques, récits, archives, ainsi que les vestiges et comptes rendus de fouilles archéologiques, ont permis de redonner vie à ce lieu. Comment ? Grâce aux nouvelles technologies ! Avec l’accord de son altesse sérénissime le prince Albert II de Monaco, propriétaire du rocher, la Caba a missionné historiens et techniciens pour reconstituer la forteresse… en 3D ! Grâce à des casques et écrans de réalité augmentée, mais aussi via une application téléchargeable sur smartphone ou tablette, il est aujourd’hui possible de visiter virtuellement cette place forte, telle qu’elle existait au Moyen-Âge.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1521, du 1er août 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.