Le Réveil Lozère 01 août 2021 a 14h00 | Par MR

Whatsapp revitalise l'agriculture de groupe

Selon l'enquête Agrinautes, près de la moitié des agriculteurs français utilisent la messagerie mobile Whatsapp.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Selon l'enquête Agrinautes, près de la moitié des agriculteurs français utilisent la messagerie mobile Whatsapp.
Selon l'enquête Agrinautes, près de la moitié des agriculteurs français utilisent la messagerie mobile Whatsapp. - © Domaine public

C'est une progression éclair. Selon la dernière enquête Agrinautes (Hyltel, Data Agri, NPGA), près de la moitié des agriculteurs français utilisaient Whatsapp en 2020. 40,9 % exactement. En quelques années, l'application mobile au logo vert conquiert les téléphones mobiles de la Ferme France (+ 6 points en un an). Elle talonne Facebook (44,7 %) et distance déjà Twitter (11 %). En 2021, elle devrait vraisemblablement devenir le réseau social favori des agriculteurs.
Comme le montre l'enquête, son usage par les agriculteurs n'est pas réservé à la sphère privée et aux discussions familiales. Et son utilisation professionnelle n'est pas cantonnée aux élus des organisations professionnelles agricoles. Whatsapp - et ses alternatives Telegram, Riot ou Landfiles - sont très répandus en agriculture de groupe, en particulier dans les collectifs d'innovation ou de partage de matériel. C'est là qu'ils semblent avoir trouvé leur usage le plus pertinent, facilitant l'échange - techniques, commerciaux, organisationnels - entre les conseillers et leurs groupes d'adhérents, et entre les agriculteurs eux-mêmes.
« À la louche, je dirais qu'au moins un conseiller de chambre d'agriculture sur deux a un groupe Whatsapp », estime Nicolas Minary, fondateur de la start-up Landfiles, qui propose une application alternative à Whatsapp dédiée aux groupes d'agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.