Le Réveil Lozère 20 juillet 2022 a 10h00 | Par ED

William Moulin, un éleveur engagé pour une filière de qualité

Vainqueur du « Palmarès 2022 », dressé chaque année par la coopérative Célia, William Moulin se spécialise depuis 25 ans dans les filières d’excellence Bœuf fermier Aubrac (BFA) et Fleur d’Aubrac.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vainqueur du « Palmarès 2022 », dressé chaque année par la coopérative Célia, William Moulin se spécialise depuis 25 ans dans les filières d’excellence Bœuf fermier Aubrac (BFA) et Fleur d’Aubrac.
Vainqueur du « Palmarès 2022 », dressé chaque année par la coopérative Célia, William Moulin se spécialise depuis 25 ans dans les filières d’excellence Bœuf fermier Aubrac (BFA) et Fleur d’Aubrac. - © ED

À 48 ans, c’est une consécration qui fait sourire William Moulin. Cet éleveur installé à Montbel s’est vu décerner le titre de « vainqueur du palmarès 2022 » de la filière Bœuf fermier Aubrac (BFA), par la coopérative Célia avec laquelle il travaille depuis son installation en 1997. Un titre qu’il a notamment mérité grâce à une petite action, mise à l’honneur lors de l’assemblée générale du groupe, le 24 juin. « Je n’ai pas fait grand-chose… J’ai simplement gardé mes bêtes quelques semaines alors qu’elles étaient prêtes pour partir à la vente parce que ça arrangeait la coopérative. C’est un coût parce qu’il faut continuer à les soigner et à s’en occuper sans plus-value mais tout le monde aurait agi comme ça », confie-t-il avec humilité.
Ce petit geste traduit l’amour porté par William Moulin aux labels de qualité, et en particulier le BFA. « Quand j’ai récupéré l’exploitation, elle était en ovin viande avec des vaches allaitantes. Depuis, elle a plusieurs fois changé de forme et de production mais plus on avançait, plus je me suis spécialisé dans l’Aubrac », se souvient-il. Au point de se tourner désormais vers la génétique. « Avant je ne m’en préoccupais pas du tout mais depuis que nous avons arrêté les brebis en 2017, la charge de travail s’est allégée et j’ai pu découvrir cet outil passionnant », explique celui dont le troupeau est suivi en VA4 par la chambre d’agriculture de Mende.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.