Le Réveil Lozère 17 mars 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Xavier Cavaignac, meilleur ouvrier de France, en visite au CFA de Mende

 Jeudi 4 mars, huit élèves de la filière boucherie, au CFA Henry Giral ont vécu une intéressante journée : ils ont pu tester des recettes de boucherie sous les ordres attentifs de Xavier Cavaignac, meilleur ouvrier de France.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Xavier Cavaignac transmet son savoir-faire et les bons gestes aux élèves du CFA Henry-Giral.
Xavier Cavaignac transmet son savoir-faire et les bons gestes aux élèves du CFA Henry-Giral. - © Marion Ghibaudo

Sacré meilleur ouvrier de France en 2003 et formateur à l’École nationale de boucherie de Paris, Xavier Cavaignac multiplie les casquettes. Si chaque année, les élèves du CFA Henry Giral montent normalement à Paris au Salon international de l’agriculture, la situation actuelle a changé la donne.
« Chaque année, nous emmenons nos élèves pour une visite de Rungis, et rencontrer des professionnels de la filière sur le Salon », a expliqué Robert Pradeilles, le professeur des élèves au CFA. Une semaine d’échanges qui permet, habituellement, aux élèves de voir leur filière sous un nouveau jour.
Qu’à cela ne tienne, c’est l’enseignant qui est venu aux élèves. Xavier Cavaignac a donc été dépêché dans différents CFA, dont celui de Mende, pour partager son expérience avec des élèves en CAP et en bac pro. Au menu du jour : huit recettes à préparer par les élèves, et à présenter en vitrine, avec des produits locaux. « À la fin de la journée, ils sont fiers du résultat, même si au début, ils sont tous timides », reflète Xavier Cavaignac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.