Le Réveil Lozère 27 mai 2020 à 10h00 | Par AG

Bruxelles conduit vers « une impasse » (FNSEA)

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour la FNSEA, les plans « de la ferme à la fourchette » et biodiversité « conduiront l’agriculture européenne dans une impasse », malgré « les bonnes intentions et les idées générales de bon sens qui ne peuvent que rassembler tout un chacun ». Dans un communiqué paru le 20 mai, la FNSEA estime que Bruxelles entraîne l’agriculture européenne dans « une voie de décroissance avec un impact environnemental incertain qui conduira, par contre, de façon certaine à une augmentation des importations de l’alimentation des Européens ». Elle ajoute que ces importations cumulent « très souvent l’usage de produits phytosanitaires interdits dans l’UE ou la déforestation », et engendrent « une délégation de notre alimentation à des pays tiers ». Or, note-t-elle, « le président de la République n’a-t-il pas dit, lui-même, que ce serait une folie dans son discours du 12 mars ? » Illustrant son propos dans le secteur des grandes cultures, la FNSEA estime que ces plans conduiraient à une baisse d’un tiers des volumes de production, « largement de quoi faire plonger encore un peu plus notre balance commerciale ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.