Le Réveil Lozère 10 juin 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

La grêle frappe la Lozère et fait des dégâts

Chaudeyrac et Casagnas ont la semaine dernière été frappés par la grêle. Des orages localisés qui ont endommagé les parcelles d’agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chaudeyrac et Casagnas ont la semaine dernière été frappés par la grêle. Des orages localisés qui ont endommagé les parcelles d’agriculteurs.
Chaudeyrac et Casagnas ont la semaine dernière été frappés par la grêle. Des orages localisés qui ont endommagé les parcelles d’agriculteurs. - © Olivier Boulat

Six agriculteurs concernés du côté de Chaudeyrac, un du côté de Casagnas, et des orages qui ont atteint principalement des parcelles prêtes à être fauchées. Un épisode climatique qui tombe au plus mauvais moment alors que la coupe a commencé dans les exploitations. Pour le président de la FDSEA, Jean-François Maurin, « ces épisodes climatiques intenses fragilisent la trésorerie des exploitations. À plus forte raison lorsque, comme ici, ce sont des jeunes agriculteurs qui sont touchés ».
« Cela a atteint notamment les parcelles de trois jeunes agriculteurs qui venaient de s’installer », explique Sylvain Chevalier, trésorier adjoint de la FDSEA. Des installations hors cadre familial principalement, selon ce dernier. « Ils n’ont pas repris les fermes des parents, mais de gens qui partaient à la retraite, et la plupart ont pas mal d’investissements en cours », décrit le trésorier adjoint.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.