Le Réveil Lozère 20 mai 2020 à 10h00 | Par Agrapresse

Plus de cent personnes testées positives au Covid-19 dans deux abattoirs

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Plus de cent personnes étaient positives le 17 mai au Covid-19 dans deux « clusters » au sein de deux abattoirs, l’un près d’Orléans et l’autre près de Saint-Brieuc, ont annoncé les autorités de santé. Dans un abattoir des Côtes-d’Armor, où six cas avaient été signalés le 15 mai, « les résultats des tests font apparaître ce jour 63 cas positifs Covid-19 supplémentaires, portant le total des cas confirmés à 69. Dans le Loiret, ce sont quelque 400 salariés d’un abattoir de Fleury-lès-Aubrais, où un « cluster » de 34 cas de Covid-19 a été confirmé, sans cas grave, qui subiront un dépistage d’ici à mardi, selon l’ARS Centre/Val-de-Loire. Pierre Pouessel, préfet du Loiret a décidé de fermer jusqu’au lundi 25 mai cet abattoir, qui se caractérise, selon lui, « par son obsolescence ». Interrogé sur la possible difficulté d’appliquer les gestes barrière dans les abattoirs, M. Habert, directeur général de l’ARS Centre-Val de Loire, a estimé que les 34 cas confirmés montraient « qu’il y a eu beaucoup de contacts et d’échanges dans cette unité au sein des personnels ». « Peut-être qu’il faudra qu’on regarde également, et ce sera un des buts de l’enquête, les conditions dans lesquelles les agents et les personnels sont ensemble, y compris en dehors des chaînes de production. Il faudra voir si les gestes barrière et de distance physique ont été ou non appliqués ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.