Le Réveil Lozère 22 avril 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

« Le service, c’est le meilleur métier qu’on puisse avoir avant une installation »

Anthony Lacas, après avoir terminé son BTS Acse à Saint-Chély d’Apcher, a décidé de s’inscrire au Service de remplacement avant de se lancer dans son installation en 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anthony Lacas qui a travaillé de nombreuses années au service de remplacement, compte s'installer en septembre 2020.
Anthony Lacas qui a travaillé de nombreuses années au service de remplacement, compte s'installer en septembre 2020. - © Marion Ghibaudo

Son histoire avec le Service de remplacement commence en 2016. Anthony Lacas termine son diplôme et trouve un emploi de conducteur de moissonneuse durant l’été. Puis à partir du mois d’octobre 2016, il attaque des contrats pour le service de remplacement, auquel il s’inscrit grâce au bouche-à-oreille. De quelques semaines à quelques mois, l’agriculteur a pu passer sur de nombreuses exploitations durant ses missions.
« J’ai commencé en CDD en 2016, puis je suis passé en CDI intermittent à partir de 2017 », explique le jeune homme. Une souplesse de contrat qui lui permet de travailler huit mois pour le service et quatre mois dans une entreprise où il conduit des moissonneuses. « J’ai découvert des choses. Je serais resté chez moi tout le temps, on en serait toujours au même point », reflète-t-il.
« Au service, j’ai varié énormément mes missions », s’enthousiasme Anthony Lacas de son travail. Bovins lait, bovins viande, ovin viande… L’agriculteur énumère ses mandats qui l’ont conduit sur tout le nord Lozère. Et mesure sa chance d’avoir pu être aux côtés de si nombreux agriculteurs qui lui ont tous appris quelque chose.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.