Le Réveil Lozère 20 mai 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Le Cil 48 se reforme pour faire face à la crise sanitaire

Le Cil 48, tombé en désuétude ces dernières années, vient de tenir sa première réunion de travail téléphonique, ce jeudi 14 mai, pour aider les producteurs de lait lozériens à faire face à la pandémie actuelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Comité d’initiative laitière lozérienne, qui est issu des cendres du Cil48 ancienne mouture, tient à « devenir la courroie de transmission entre tous les acteurs de la filière laitière, du producteur à la grande distribution ».
Le Comité d’initiative laitière lozérienne, qui est issu des cendres du Cil48 ancienne mouture, tient à « devenir la courroie de transmission entre tous les acteurs de la filière laitière, du producteur à la grande distribution ». - © Aurélie Pasquelin

Le Comité d’initiative laitière lozérienne, qui est issu des cendres du Cil48 ancienne mouture, tient à « devenir la courroie de transmission entre tous les acteurs de la filière laitière, du producteur à la grande distribution », explique Sébastien Durand, président de la section laitière à la FDSEA Lozère, à l’origine de cette renaissance.
La première réunion de travail a donc permis d’inviter les acteurs de la filière autour d’une même table pour discuter des problèmes actuels des producteurs de lait, alors que la crise sanitaire s’installe dans le paysage économique. « Tous les acteurs étaient vraiment contents de pouvoir s’exprimer », se félicite Sébastien Durand.
Au préalable, une réunion entre syndicat et chambre d’agriculture avait permis d’établir un premier état des lieux de la santé de la filière laitière, et des points qu’il fallait travailler. « C’est là qu’on a décidé que c’était le travail du Cil, de porter ce dossier », décrit Sébastien Durand.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.