Le Réveil Lozère 10 janvier 2018 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Début de la consultation publique du plan Loup 2018-2023

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dominique Hommel – Parlement européen

La consultation publique concernant le plan Loup 2018-2023 a débuté le 8 janvier et se clôturera le 29 janvier sur le site internet : www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr. À 14 h 30, le 9 janvier, 327 commentaires avaient déjà été postés sur le site, plutôt d’ordre « pro-loup ». « Le nouveau plan se fixe pour objectif de conjuguer la protection de l’espèce et les activités d’élevage et de pastoralisme », selon un communiqué commun des ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique. Alors que l’ensemble des syndicats agricoles avaient boycotté la réunion au sujet du futur plan en décembre dernier, certains d’entre eux (FNSEA, JA, FNO, APCA) ont fait savoir le 5 janvier qu’ils acceptaient de revenir à la table des négociations avec l’État et les associations environnementales. A l’issue de la consultation publique, « le nouveau plan et le dispositif réglementaire associé entreront en vigueur au début du mois de février 2018 après avis du Conseil national de la protection de la nature », ont annoncé les ministères.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.