Le Réveil Lozère 26 novembre 2014 à 08h00 | Par Mathieu Robert

Importations de broutards limitées au Maroc

Malgré un marché ouvert depuis 2010, le Maroc a importé peu de broutards sur la période 2011-2013, constate l’Institut de l’élevage. Les importations, notamment depuis la France, seraient limitées par le prix et le poids des animaux. Les Espagnols ont doublé les Français depuis 2012, grâce à des animaux plus légers et moins chers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Leitenberger

Interrogés en octobre 2013 par l’Institut de l’élevage, les importateurs Marocains de broutards estiment que « les broutards français sont bien conformés et les lots homogènes », mais qu’ils sont « trop lourds et trop chers pour le marché local », rapporte l’institut dans sa publication La filière viande bovine au Maroc, diffusée en novembre. La demande marocaine s’oriente vers des broutards légers. Ainsi, expliquent les auteurs, la montée en puissance des broutards espagnols ces deux dernières années (cf. graphique) est liée à leur poids plus léger, à un prix au kg inférieur et à des coûts de transports moitié moins élevés que ceux venant de France. En 2013, l’Institut de l’élevage estime que les broutards français envoyés au Maroc pesaient en moyenne 270 kg contre 216 kg pour les broutards espagnols, pour la catégorie 160-300kg. Et le prix par kg de vif était de 2,98 euros au départ de France, contre seulement 2,46 euros au départ d’Espagne.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 27 novembre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui