Le Réveil Lozère 19 juin 2019 � 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

La jeune sous-préfète mise sur la proximité

Nommée à Florac, Chloé Demeulenaere se considère comme « une enfant de la fonction publique ». La sous-préfète veut cultiver l'écoute et la proximité, sans se prononcer pour l'instant sur des dossiers qu'elle découvrira sur le terrain

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © Marie-Pasacle Vincent

À peine était-elle arrivée en Lozère et avant même sa prise de fonction officielle le 11 juin, que Chloé Demeulenaere, jeune sous-préfète de Florac assistait déjà, à la fête de la transhumance aux Ayres, en compagnie du maire de Florac. Un symbole pour cette jeune femme qui, à 33 ans, décroche son premier poste de sous-préfète et entend travailler au quotidien, dans la proximité.
Se considérant comme « une enfant du service public », Chloé Demeulenaere a effectué toute sa carrière au service de l'État, travaillant pour le Conseil d'État ou le ministère de la Justice puis comme directrice d'hôpital.
« Tout a commencé à la faculté, précise-t-elle où je me suis très vite spécialisée en droit public, par choix. Dans ma famille, donner de soi aux autres a du sens. Et dans les hôpitaux, j'ai aimé les missions que j'étais amenée à exercer. Mais je souhaitais davantage de transversalités. Je voulais être sur le terrain au contact de la population. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1515, du 20 juin 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression