Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 à 11h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Covid-19 : les producteurs caprins ont diversifié leurs productions

Les éleveurs caprins ont plutôt l’habitude de fabriquer du fromage type Pélardon. Après le confinement, leurs caves sont également pleines de tommes à vendre durant la période estivale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs caprins ont plutôt l’habitude de fabriquer du fromage type Pélardon. Après le confinement, leurs caves sont également pleines de tommes à vendre durant la période estivale.
Les éleveurs caprins ont plutôt l’habitude de fabriquer du fromage type Pélardon. Après le confinement, leurs caves sont également pleines de tommes à vendre durant la période estivale. - © Marion Ghibaudo

« D’habitude, on passe les chèvres en mono traite à la fin de la lactation », détaille Patrick Carly, éleveur dans la Vallée Française, avec un troupeau de 64 mères. Cette année, avec le confinement et la crise du Covid-19, sur cette exploitation qui produit d’habitude 50 à 54 000 litres de lait par an, la mesure a été mise en place dès le printemps. Et Patrick Carly qui fabrique principalement des Pélardons AOP commercialisés auprès de détaillants, revendeurs ou directement à la ferme, n’a pas l’habitude non plus d’avoir ses caves pleines de tommes affinées.
« Le pic de lactation des chèvres se situe en avril qui fut aussi le mois le plus difficile en matière de vente. Globalement, beaucoup d’éleveurs ont souffert avec des différences suivant les modes de commercialisation, estime Patrick Carly également président du syndicat Caprin en Lozère. La multitude de clients n’a pas joué en faveur de l’éleveur. Au début du confinement également, Rungis a fermé ses portes durant quinze jours. Tout le monde s’est affolé mais finalement, ce marché de gros a repris. »
Approvisionnant une structure qui fait de la vente sur les marchés, Patrick Carly s’est trouvé privé de ce débouché, faute de marché. De même, ses ventes auprès des GMS ont été touchées. « Les clients ont largement eu recours au drive et mes produits n’y sont pas référencés. J’ai livré seulement un quart des volumes habituels. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.