Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Les Vingt-sept défendent la flexibilité de la Pac

Abonnez-vous Reagir Imprimer

pour le premier Conseil agricole sous présidence allemande, ont exprimé leur scepticisme quant aux recommandations concernant la Pac que la Commission européenne doit présenter d’ici la fin de l’année dans le cadre de sa stratégie « de la ferme à la table ». Les États membres craignent que ces recommandations (qui porteront sur la biodiversité, le climat, les antibiotiques ou encore le bien-être animal) ne remettent en cause la flexibilité supplémentaire qui va leur être accordée par la future Pac pour la préparation de leurs plans stratégiques. Nombreux sont ceux qui demandent donc à Bruxelles de leur présenter une étude d’impact avant de leur adresser ces recommandations. Le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, s’est voulu rassurant : « Avec ces recommandations nous ne voulons pas forcer la main des États membres mais les accompagner, et maintenir des règles d’équité au sein de l’UE ». Et, « si les objectifs de la stratégie « de la ferme à la table » doivent devenir contraignants nous publierons avant cela une étude d’impact. Et nous tiendrons compte du point de départ de chaque État membre », a promis sa collègue en charge de la Sureté alimentaire, Stella Kyriakides.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression