Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le dispositif de paiement pour services environnementaux reprend

Ce lundi 29 juin, le Copage en compagnie d’un représentant de l’agence de l’eau Adour-Garonne et du syndicat mixte Lot-Dourdou ont présenté la version 2.0 du dispositif de paiement pour services environnementaux (PSE) aux agriculteurs éligibles, à la salle des fêtes du Buisson.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce lundi 29 juin, le Copage en compagnie d’un représentant de l’agence de l’eau Adour-Garonne et du syndicat mixte Lot-Dourdou ont présenté la version 2.0 du dispositif de paiement pour services environnementaux (PSE) aux agriculteurs éligibles, à la salle des fêtes du Buisson.
Ce lundi 29 juin, le Copage en compagnie d’un représentant de l’agence de l’eau Adour-Garonne et du syndicat mixte Lot-Dourdou ont présenté la version 2.0 du dispositif de paiement pour services environnementaux (PSE) aux agriculteurs éligibles, à la salle des fêtes du Buisson. - © Marion Ghibaudo

Ce dispositif avait été initié en 2019 par l’Agence de l’eau Adour-Garonne. « Notre but a, dès le départ, été de mettre en place quelque chose de nouveau auquel les outils de la Pac ne pouvaient répondre », a expliqué Nicolas Teffo, chargé d’intervention en espace rural chez l’agence de l’eau Adour-Garonne, devant la vingtaine d’agriculteurs réunis ce matin-là.
Ce dispositif a vocation à être éphémère, a insisté ce dernier : « lorsque la nouvelle Pac sera mise en place, nous arrêterons le programme », a-t-il confirmé. L’entrée en vigueur de la nouvelle Pac est – selon les informations les plus récentes – reportée à 2023. « Notre force est que les paiements sont rapides : les premiers audits avaient été réalisés fin décembre pour des versements en mars 2020 », a souligné le chargé de mission.
Ces paiements rémunèrent les exploitants agricoles contribuant à préserver l’environnement par leurs pratiques, notamment celles favorables à la protection de l’eau, des milieux aquatiques, du sol et de la biodiversité, et des zones humides principalement. « En 2019, sept agriculteurs lozériens ont pu bénéficier du dispositif pour un total de près de 60 000 euros distribués », a détaillé Nicolas Teffo.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1567, du 2 juillet 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui