Le Réveil Lozère 17 juin 2020 à 09h00 | Par Pierre Garcia

L’élevage mis à l’épreuve par le changement climatique

Habitués à composer avec les aléas météorologiques, les éleveurs sont les premiers témoins des effets du changement climatique. Au quotidien, ils sont nombreux à devoir faire évoluer leurs pratiques pour le bien-être de leurs animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Philippe Goron, conseiller élevage et entreprise chez Adice.
Jean-Philippe Goron, conseiller élevage et entreprise chez Adice. - © DR

Depuis le début des années 1980, le mercure a grimpé en moyenne d’environ 2°C en France. D’ici 2050, ce sont encore 2°C supplémentaires qui devraient être enregistrés si rien n’est fait, ce qui fait craindre aux agriculteurs un bouleversement de leurs conditions de travail. « Il y a quarante ans, le climat méditerranéen s’étendait jusqu’à Montélimar dans la Drôme. Depuis, on observe qu’il remonte chaque année de cinq kilomètres vers le nord ce qui en l’espace de quarante ans représente plus de deux cents kilomètres. Aujourd’hui, le seuil du climat méditerranéen se trouve au nord de Lyon ce qui explique que les conditions météorologiques d’hier ne sont plus les mêmes aujourd’hui », témoigne Jean-Pierre Manteaux de Conseil élevage Isère. Conséquence directe de ce changement climatique : les automnes et les hivers sont plus doux chaque année, les printemps plus précoces et les étés toujours plus secs avec des épisodes très réguliers de stress hydrique. « Les agriculteurs les plus touchés sont ceux dont l’exploitation est située à basse altitude car c’est là que les épisodes de sécheresse font le plus de ravages. À l’inverse, ceux qui se trouvent dans les hauteurs bénéficient aujourd’hui de cette hausse des températures mais cela ne devrait pas durer », explique Mickaël Coquard du Spel 69, société de conseil pour l’élevage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.